HISTOIRE DE BENAYES

(Cliquez sur les vignettes)

Benayes, histoire

Le village et la commune de Benayes sont nés dans une zone géographique privilégiée, au sud immédiat de la ligne de séparation des eaux des bassins de la Loire et de la Garonne.

Imaginons une forêt dense qui va de Meilhard à Meuzac, à cheval sur la crête (la pouge) qui sépare les deux bassins. A l'époque pré-romaine, un modeste celte probablement ligure, va tailler une clairière pour y élever un, puis deux bâtiments de bois et de paille, cultiver quelques racines et engraisser un cochon.
Il s'appelle Benayos ou Benagios. Dans la grande forêt il choisit un site au bord de l'Auvézère et sur un escarpement de défense. Un village va se fonder qui prend le nom de Benayes. Ce toponyme viendrait du gaulois "bena", le panier en osier pour relever le poisson.
Puis apparaissent de nombreuses implantations romaines et gallo-romaines, autour de la commune (Masseret, Martoulet, Meuzac, le Camp de César) et dans la commune (Forsac, Crouzillac).
Les recueils de surface à Forsac et Beaupuy confirment cette implantation romaine.
Une sitologie  assez typique va permettre l'implantation rurale le long des rivières (l'Auvérère à l'est et le ru de Montville à l'ouest) limitant une pouge médiane qui va du nord au sud et permet le tracé du Chemin du Bas Limousin, une vinade qui rejoint au nord l'itinéraire de Limoges à Brive et au sud Le Grand Chemin de Nantes à la Narbonnaise (route des Métaux ou de l'Etain) avec au sud le Dognon pour surveiller le Gué sur l'Auvézère et le Repaire de Corbier.
C'est vers l'an mille qu'est construit un prieuré dépendant de St Martial de Limoges et plus tard l'église St Maurice. L'époque féodale verra surgir trois seigneuries qui écriront l'histoire de Benayes. Leurs châteaux seront les uns et les autres l'objet de rivalités familiales, de conquête, de mariage diplomatique ou de ruines foncières :
il semble que les Cotet soient les premiers seigneurs de Puy Malie. Ils se disaient aussi seigneurs de Benayes. Leurs succédèrent par mariage les de l'Isle Jourdain de Combarel. Le château fût acheté par le Sr La Maze au Plaisant de Bouchiat (député aux EG de Bordeaux). Jean de Mergey le rachète en 1588. Il sera  attaqué l'année suivante par le vicomte de Pompadour qui le détruira en partie. Il ne reste qu'une tour aujourd'hui. Puis reviendront les Plaisant de Bouchiat puis les Joussineau du Tourdonnet jusqu'en 1902 date à laquelle il est acheté par Mr. Betoulle,maire de Limoges qui le gardera jusqu'en 1940. Benayes, église
On connaît des seigneurs de La Vergne depuis le XVe siècle. Au XVII, Raymond de Lasteyrie du Saillant est propriétaire non résident. Son fils Godefroy assure le lignage qui cesse à la mort de Urbain vers 1780. Charles du Coux du Chatenet devient propriétaire.
Il y installe un haras, avant de devoir émigrer; il avait été maire de Benayes et enfermé dans les prisons d'Uzerche.
Fortius, colon romain, crée le domaine de Forsac. On connaît en 1333 Adhémar, seigneur de Salles et Forsac. Au XIV siècle s'installe la lignée des Jounhac puis des de La Baume jusqu'en 1780, A cette date le château est acheté par les Beaupoil de St Aulaire qui le revendront en 1784 au Parel d'Espérut (conseiller général du canton  de Lubersac); sa petite fille Lucie Louise de Burguet de Chaufaille épousera en 1830 Théodore Chérade de Montbron.
François de Baune à Fraissaix, les Foulcaud au Dognon et les Cotets à la maison Montazeau au bourg ont écrit aussi une partie de l'histoire de Benayes.
Haut de page M. Marius Ducloux